Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Municipalité > archives vie municipale > Archives municipalité 2014 > Épisode pluvieux de janvier 2014

Épisode pluvieux de janvier 2014

Comportement des installations.

La gestion des eaux pluviales est prise en compte sur la commune de La Tour du Crieu depuis le début des années 2000.

- La première action d’envergure a été menée à l’occasion du remembrement, en 2000, 2001 et 2002. Elle a consisté dans le cadre des travaux connexes à recalibrer l’ensemble des galages et fossés et à remplacer bon nombre de pontilles, busages et ponceaux par des passages « cadre » bien dimensionnés afin de faciliter l’écoulement des eaux. Cette action s’est poursuivie en 2006 par la réalisation d’un passage « cadre » de forte dimension au nord de la commune, à l’extrémité de la galage basse en limite de la commune de Pamiers, pour permettre un transit normal et un bon exutoire. Les travaux connexes ont porté principalement, en zone urbanisée, sur trois galages :

  • La galage basse vient de Verniolle, emprunte le secteur des « trauquasses » puis le chemin de la galage et enfin le lieu-dit Gasquet. Le secteur chemin de la galage, entièrement busé, a fait l’objet en 2010 d’une visite à l’intérieur qui a permis l’élimination de divers déchets l’obstruant partiellement.
  • La galage haute, vient elle aussi de Verniolle au niveau du quartier Ste Anne, passe devant les écoles, longe le domaine de Laffite puis se jette dans le terrain de saut du 1er RCP.
  • La galage de la route de Saint Amadou. Ces trois galages ont parfaitement rempli leur rôle lors de l’épisode pluvieux de cette fin janvier 2014

- La deuxième action, capitale sur le plan préventif, a été la réalisation en 2005 du schéma de prévention et de gestion des eaux pluviales. Ce schéma impose l’infiltration des eaux de toitures au niveau de chaque parcelle et des eaux de voiries à chaque opération. Ainsi chaque maison est désormais équipée d’un puits d’infiltration voire d’un équipement plus important type bassin dans le cas de l’ITEP.

A titre d’exemple, l’eau des voiries de la résidence des Pins et du lotissement Saint François se récoltent dans une noue d’infiltration. Les eaux des résidences des pins, de la Carole et des Carolines sont récoltées soit dans des puits de grande dimension soit dans une tranchée drainante et infiltrante. L’eau du domaine de Laffite est canalisée dans un bassin d’infiltration.

Le principe fondamental est qu’après urbanisation le rejet d’eau dans le milieu naturel (fossé, galage, ruisseaux et rivières) soit identique voir inférieur au rejet initial.

Là aussi le résultat espéré a été atteint.

- La troisième action, menée par les services de la préfecture, a consisté à étudier et rédiger le PPRI (plan de prévention du risque inondation) (voir plan au format pdf à la fin de l’article).

Ce PPRI interdit toute nouvelle construction dans les zones dites rouges, autorise, sous conditions, dont la surélévation, les constructions dans les zones bleues et édicte un ensemble de prescriptions.

Lors de la délivrance de toutes nouvelles autorisations d’urbanisme, le PPRI est scrupuleusement respecté.

PDF - 2.1 Mo
PPRI (plan de prévention du risque inondation)

- La quatrième action, de loin la plus difficile et la plus onéreuse, nous a amenés en 2010 à construire le bassin d’écrêtement des Trauquasses. Ce bassin, d’une capacité de 13000 m3, situé sur la galage basse et en amont de la zone urbanisée, a pour but de réguler le débit de cette galage. L’eau venant en amont côté Verniolle y est retenue temporairement. Ainsi, nous évitons la saturation de la partie busée du chemin de la Galage et les eaux provenant du village peuvent s’écouler normalement.

Le débit de sortie du bassin est réglable par une vanne. Nous le limitons volontairement ; ainsi quand le débit d’entrée dans le bassin est supérieur au débit de sortie, le bassin se remplit puis se vide quand les valeurs s’inversent.

A deux reprises déjà, dont le dernier épisode pluvieux, le bassin a parfaitement fonctionné et s’est rempli en partie. Il n’y a pas lieu de s’émouvoir du phénomène mais tout au contraire de s’en féliciter.

Sa réalisation avait soulevé des interrogations quant à son utilité : les voilà désormais levées.

Pour être complet, il y a lieu de mentionner le travail fourni par le SYAC (Syndicat du Crieu), dont nous faisons partie, qui consiste principalement à entretenir les berges du Crieu et permettre ainsi un écoulement des eaux sans encombre.

Il y a lieu aussi de remercier les services de l’État qui nous ont fortement incités et aidés à réaliser ces équipements. Terminons en disant que les actions coordonnées et de longue haleine permettent de faire face à des événements exceptionnels et espérons qu’elles permettront aussi de faire face aux très exceptionnels.

Site officiel de la commune de LA TOUR-DU-CRIEU en Ariège